Premiers pas au Japon

Publié le par Florie

"いらしゃいませ!" me souhaitât le douanier en souriant. J'incline la tête en guise remerciement, surprise par son enthousiasme. Souhaiter la bienvenu toute la journée à des millions de voyageurs avec autant d'énergie doit être épuisant. Ou peut être est-ce ma propre fatigue qui réfléchit ainsi.
Il est 10h50, soit 2 heures du matin, mais malgré mon sac à dos de 15 kilos et mes jambes endolories, je savoure chaque seconde de cette arrivée tant attendu. Je suis au Japon!

La chaleur humide et moite est saisissante. Alors qu'en France l'été laissait place aux couleurs ambrées de l'automne, ici, c'est la canicule! Par se soucis, demain je reprends l'avion pour Sapporo, la capitale d'Hokkaido, l'île la plus au nord du Japon. Il fera un peu plus frais.
Premiers sushis dans le train qui me mène à la petite ville de Narita. J'ai réservé une chambre d'hôtel tout prêt de l'aéroport. Je préfère bien me reposer au lieu de rentrer au cœur de la mégalopole Tokyoite. Je suis ici pour 3 mois, j'ai le temps.

A la sortie de la gare, je prends un taxi pour éviter de marcher trop longtemps. Le chauffeur viens de Sapporo et il comprends ce que je dis en japonais! Et moi aussi, je comprends ce qu'il dit en japonais (comprendre... deviner.... tout cela se mélange un peu)
Il m'annonce qu'à Sapporo il fait encore plus chaud qu'ici! Près de 32 degrés et la météo ne prévoit aucune baisse des températures pour l'instant. Pourtant j'avais hésité à prendre à short!

J'arrive devant l'hôtel, il n'y a personne. Dans l'hôtel, personne. J'ai beau frapper fort à la porte et demander aux voisins qui s'occupe de cet hôtel, personne ne sait. Après 2 heures d'attente (soit une bonne petite sieste sur mon sac) je me motive pour chercher un autre hôtel. Une Chupa Chups et 1L d'eau plus tard, je me retrouve dans une chambre minuscule mais très confortable. L'enthousiasme quelque peu ébréché suite à cette mésaventure, je m'endorme telle un chat, et ce matin, bonne humeur et papaye au petit déjeuner. Me voilà parti pour Sapporo, avec toute la joie de Billie Holliday dans les oreilles.

Je vais profiter du vol pour revoir ma grammaire et mon vocabulaire car pour l'instant, a part avec le chauffeur de taxi, mon japonais n'a pas vraiment fais ses preuves. À la gare ou à l'hôtel, je m'exprime en japonais pour demander un renseignement. On me réponds alors en japonais, mais cela doit se voir que je ne comprends pas tout, alors ils répètent tout en anglais. Pppffff.... va falloir bosser ma fille! Mais c'est pour cela que je suis la!

Publié dans Voyage au Japon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article